Le premier ministre et Agnès Buzin ont présenté ce lundi 26 mars 2018 les 25 mesures phares de la politique de prévention, lors d'un Comité interministériel qui se tenait dans les locaux de Santé Publique France.

Parmi ces mesures : l'annonce de la prise en charge à 100% du dépistage du cancer du col de l'utérus, un dépistage qui sera donc renforcé et gratuit.

"Parce que les interventions doivent être les plus précoces possibles et adaptées aux caractéristiques des groupes de population, la priorité donnée à la Prévention se concrétise dans un ensemble d’actions qui prend en considération l’individu et son environnement dans son parcours de vie, pour « rester en bonne santé tout au long de sa vie »."

Les 25 mesures :

1. Supplémenter en vitamine B9 les femmes enceintes et en désir de maternité
Supplémenter systématiquement les femmes qui souhaitent avoir un enfant, au moins 4 semaines avant la conception et au moins durant les deux premiers mois de grossesse. Mener des campagnes de sensibilisation des femmes et des professionnels de santé concernés.

2. Mieux prévenir les consommations à risque et mieux repérer les addictions pendant la grossesse
Améliorer la visibilité du message sanitaire « zéro alcool pendant la grossesse » sur les bouteilles, mettre à disposition des femmes enceintes des auto-questionnaires « consommation (alcool, tabac, cannabis) - facteurs de vulnérabilités », diffuser des messages clefs sur les comportements favorables à la santé

3. Créer un site internet de référence et mener une campagne de communication afin d'informer la population sur les risques des produits chimiques de consommation courante
Créer d’ici fin 2018, un site internet d’information du public sur les produits chimiques contenus dans les produits de consommation courante porté par Santé Publique France avec l’appui de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

4. Mettre en place un parcours santé des 0-6 ans
Une nouvelle version du carnet de santé et des certificats de santé de l’enfant sera diffusée en 2018 et les certificats de santé de l’enfant dématérialisés d’ici 2020, un parcours de coordination renforcée « santé-accueil-éducation » de l’enfant entre 0 et 6 ans sera expérimenté

5. Prévenir l’obésité chez les enfants, par une promotion renforcée de l’activité physique
Poursuivre et renforcer pour 3 ans l’expérimentation de la prévention de l’obésité menée avec l’assurance maladie chez les jeunes de 3 à 8 ans en complétant le forfait avec la proposition de séances d’activité physique selon les besoins et la motivation de l’enfant et de sa famille

6. Renforcer l’offre médicale dans les territoires ultra-marins en créant une centaine de postes d’assistants spécialistes « outre-mer » et en améliorant l’attractivité de ce statut
Créer une centaine de postes d’assistants spécialistes « outre-mer » en améliorant l’attractivité de ce statut

7. L’école promotrice de santé
Généraliser dans tous les établissements les programmes de développement de la promotion de la santé, les « ambassadeurs élèves » de prévention, mettre à disposition des familles des ressources, favoriser les partenariats entre chaque collège et lycée et une consultation jeunes consommateurs

8. Prévenir les risques auditifs chez les jeunes
Repérage des troubles auditifs et délivrance de conseils de prévention lors de l’examen de santé réalisé entre 15 et 16 ans, prévention en direction des jeunes dans le cadre du service sanitaire, campagne nationale de sensibilisation

9. Expérimenter le «PASS préservatif» pour les moins de 25 ans
Expérimenter dans quelques régions à forte incidence d’IST (dont une région d’outre-mer) un programme  reposant sur l’information et la sensibilisation de jeunes sur la santé sexuelle, incluant la mise en place d’une carte donnant un accès gratuit à des préservatifs, en s’inspirant des programmes évalués et validés de la Grande-Bretagne.

10. Renforcer les interventions des consultations jeunes consommateurs
Pour des actions de prévention collective « hors les murs » et pour accueillir les jeunes de 11 à 25 ans et leur famille, et développer des partenariats de proximité entre les établissements scolaires et les consultations jeunes consommateurs

11. Proposer systématiquement un accompagnement spécialisé des jeunes admis aux urgences ou hospitalisés après un épisode d’alcoolisation massive
Renforcer les équipes de liaison spécialisées en addictologie (ELSA) des établissements de santé, pour qu’elles aient les moyens d’intervenir spécifiquement. Les consultations jeunes consommateurs et les maisons des adolescents y seront associés.

12. Former 80% de la population aux gestes de premiers secours
Une attention particulière sera apportée aux formations pour les jeunes générations

13. Former les étudiants aux premiers secours en santé mentale
Il s’agit d’apprendre à savoir réagir face à une détresse psychique : entrer en contact, soutenir et orienter.

14. Traitements d’aide à l’arrêt du tabac : passer du forfait au remboursement classique
Passer du forfait d’aide au sevrage de 150€ par an et par assuré à un remboursement classique comme pour tous les médicaments remboursables.

15. Intensifier les actions de prévention et de dépistage à destination des publics les plus exposés pour contribuer à l’élimination du virus de l’hépatite C en France à l’horizon 2025
Renforcer l’accessibilité aux traitements de l’hépatite C, le dépistage de proximité par test rapide d’orientation diagnostique, la prévention par des actions innovantes « d’aller-vers » pour toucher les publics prioritaires

16. Introduire un troisième dépistage organisé : le dépistage du cancer du col de l’utérus
Concrètement, toutes les femmes n’ayant pas réalisé de frottis dans les 3 dernières années seront invitées à le faire, avec une prise en charge à 100 % du frottis. Par ailleurs, les recommandations d’un intervalle de réalisation des frottis tous les 3 ans seront rappelées afin de réduire la fréquence des dépistages chez les femmes qui en font trop régulièrement.

17. Simplifier le parcours vaccinal et s’engager vers la généralisation de la vaccination antigrippale par les pharmaciens
Généraliser dès 2019 la vaccination antigrippale par les pharmaciens d’officine

18. Etendre le Nutri-Score à la restauration collective et commerciale et aux produits alimentaires manufacturés non préemballés
Mise en place progressive  à partir de janvier 2020

19. Réduire la consommation de sel de 20 % dans la population française
Inciter les industriels, par des mécanismes d’auto-régulation, à réduire la teneur en sel des aliments

20. Mobiliser les industriels pour réduire l’exposition des consommateurs aux perturbateurs endocriniens
Susciter des engagements volontaires des industriels et des distributeurs pour substituer, dans les produits de consommation courante, les substances pouvant présenter des propriétés de perturbation endocrinienne, informer les consommateurs par la diffusion de messages de prévention ou par un étiquetage

21. Mobiliser les fédérations sportives au service de la santé lors des événements sportifs
Il s’agira d’une part de mobiliser les fédérations dans le cadre des campagnes nationales de santé publique, d’autre part de profiter des événements sportifs pour transmettre des messages positifs sur les comportements favorables à la santé.

22. Mieux prendre en compte les besoins de santé des personnes en situation de handicap
Nécessité d’actions de prévention et d’éducation pour la santé, d’un dépistage précoce (dépistage des cancers et des lésions bucco-dentaires notamment) et d’un bilan de santé axé sur les problématiques somatiques de façon adaptée aux besoins des personnes handicapées pour répondre à des situations parfois complexes

23. Mettre en place au moins une action de médiation auprès des personnes âgées isolées ou précaires par département
De nombreuses initiatives plurielles sont déployées sur les territoires visant la lutte contre l’isolement et le sentiment de solitude. Ce déploiement doit être maintenu et renforcé tout en permettant à chacun d’y accéder

24. Prévenir la perte d’autonomie en agissant dans les milieux de la vie
Dès 2018, un plan de annuel financera des programmes de prévention en EHPAD
Systématiser à 60-65 ans, à l’âge du départ en retraite, le bilan de santé et la consultation proposés par la caisse nationale d’assurance maladie

25. Organiser les soins bucco-dentaires en EHPAD
Former le personnel soignant d’EHPAD à assurer l’hygiène bucco-dentaire, organiser des consultations de dépistage, intégrer systématiquement la santé bucco-dentaire dans les projets d’établissements

Sont annoncées aussi :
- L'instauration d'un service sanitaire
- La création d’une application smartphone «Santé» personnalisée

Les mesures sont détaillées dans le dossier de presse au bas du communiqué du Ministère des solidarités et de la santé :
http://solidarites-sante.gouv.fr/actualites/presse/dossiers-de-presse/article/comite-interministeriel-de-la-sante

 

Qu'en pensez-vous ?
Scroll to Top