Un rapport, publié en novembre 2017 par le réseau NACRe, présente l’état actuel des connaissances scientifiques sur la relation entre le jeûne ou les régimes restrictifs et le cancer, et analyse la place du jeûne en France.

Voici les conclusions auxquelles aboutit le groupe de travail :

- Actuellement, il n’y a pas de preuve chez l’homme d’un effet protecteur du jeûne et des régimes restrictifs en prévention primaire ou pendant la maladie.

- Au cours des traitements des cancers, la pratique du jeûne ou de régimes restrictifs présente un risque d’aggravation de la dénutrition et de la sarcopénie, deux facteurs pronostiques péjoratifs reconnus.

- Les professionnels de santé doivent être à l’écoute des attentes de leurs patients et permettre un dialogue tenant compte de l’état actuel des connaissances et des risques éventuels.

Pour accéder au rapport et à sa synthèse sur le site du réseau NACRE : cliquez ici

Sources - Documents
Qu'en pensez-vous ?
Scroll to Top