Sécurité Routière : la conduite et quelques principes de BONNE conduite !

28 novembre 2017

Sécurité Routière : la conduite et quelques principes de BONNE conduite !

En t’installant au volant ou au guidon, tu enclenches des automatismes de conduite. Mais penses-tu vraiment à tout ?

Boucles-tu ta ceinture pour un trajet de 1 km, que tu as l’habitude de faire ? Penses-tu systématiquement à ton taux d’alcool à ton retour de soirée ? Fais-tu toujours une pause lorsque tu te sens fatigué(e) ? Bref, évalues-tu tous les risques que tu encoures sur la route ? Tu vas pouvoir faire le point grâce à ces quelques explications…

Pour jouer, c'est par ici

Vitesse, alcool, cannabis (et autres substances pyschoactives), fatigue, téléphone sont autant de conduites à risque responsables de plus de 3 000 morts chaque année sur les routes. Les jeunes de 18 à 24 ans forment une catégorie à risque sur la route. Les accidents de la route constituent la première cause de mortalité des jeunes adultes.

En effet, pour un automobiliste novice, le risque d’être tué est 4 fois plus grand que pour un conducteur plus chevronné et une grande majorité des accidents mortels ont lieu le week-end, le plus souvent la nuit et sur des trajets courts et habituels. La vigilance est diminuée, ce qui empêche de voir les dangers.
De plus, le port de la ceinture de sécurité est moins respecté sur ces petits trajets alors qu’elle permet d’éviter que l’occupant soit éjecté ou projeté lors d’un accident, ce qui pourrait lui être fatal. De plus en plus efficace, la ceinture résiste aujourd’hui à une force de plus de trois tonnes. Lors d’une collision à 50 km/h, ne pas porter sa ceinture revient à faire une chute de 4 étages… Il ne faut donc pas la négliger !

 

Par ailleurs, contrairement à ce que beaucoup pensent, conduire la nuit n’est pas moins dangereux que la journée. Même s’il y a moins d’automobilistes sur les routes, il y a également moins de visibilité la nuit et la fatigue intervient plus facilement. Elle est d’ailleurs responsable d’un accident sur 5.

Sais-tu aussi que les heures à risque question sommeil se situent entre 13h et 15h et entre 2h et 5h du matin ? Alors avant de prendre le volant, assure-toi d’être bien reposé(e). Malgré tout, et à n’importe quelle heure de la journée, tu peux ressentir des signes de somnolence qui doivent te pousser à t’arrêter de conduire. Picotements des yeux, bâillements, fourmillements, rétrécissement du champ visuel, difficultés de concentration… autant de signes contre lesquels tu ne peux pas lutter puisque le sommeil est un besoin physiologique irrépressible !
Alors fais des pauses fréquentes de 10 à 20 minutes au moins toutes les deux heures, marche, aère le véhicule, écoute un peu de musique et si possible, passe le volant à un autre conducteur… Car la fatigue allonge le temps de réaction !

 

Un bon moyen pour raccourcir le temps de réaction…. ? Réduire son allure !

 

Responsable d’un accident mortel sur 2, la vitesse est limitée sur l’ensemble du réseau routier. Cette réglementation s’applique à tous les conducteurs et à tous les véhicules, sans exception, et elle doit être adaptée aux conditions météorologiques. Pourtant, 25% des français reconnaissent ne pas respecter les limitations de vitesse, surtout la nuit et sur des trajets habituels.

La vitesse est à la fois un facteur déclencheur de l’accident, mais aussi un facteur aggravant. Elle est à l’origine d’accidents car elle réduit les possibilités de manœuvrer à temps et elle aggrave leurs conséquences car plus la vitesse est élevée, plus le choc est violent. La vitesse augmente le nombre d’informations transmises au cerveau qui éprouve des difficultés à toutes les percevoir et à les analyser. Des informations capitales sont alors négligées, telles que la présence d’autres usagers ou de panneaux de signalisation et la fatigue s’installe plus vite.

De plus, la distance d’arrêt augmente considérablement avec la vitesse. C’est pourquoi il faut respecter la distance de sécurité minimale entre deux véhicules qui est de deux secondes, soit 2 bandes latérales sur l’autoroute. Alors lève le pied !

 

L'alcool, première cause mortalité sur les routes

Un autre danger sur les routes : l’alcool. Il représente la première cause de mortalité sur les routes ! Il est responsable d’un accident mortel sur 3.

En soirée, ou lors de repas de familles bien arrosés, ta consommation d’alcool peut être plus importante et ses effets peuvent être dangereux pour toi et pour les autres si tu décides de reprendre le volant. En effet, même à faible dose, l’alcool agit sur le cerveau et diminue les capacités à conduire.

Il entraîne notamment un rétrécissement du champ visuel, une réduction de la vigilance et de la résistance à la fatigue, une diminution des réflexes ou encore un excès de confiance en soi, qui te pousse d’ailleurs à conduire malgré ton alcoolémie (le taux d’alcool dans le sang). Alors, dans ces moments-là, tu te dis « Je vais boire du café ou manger du pain, ça me fera dessaouler ! ». Eh bien figure toi qu’il n’existe aucun moyen de faire diminuer ton alcoolémie… à part attendre !

Ainsi, si tu as trop bu pour reprendre le volant, arrange toi pour te faire raccompagner par un ami sobre ou un taxi ou pour dormir sur place. Après tout, ta vie vaut bien une petite nuit sur le canapé ! En plus, en France, les conducteurs qui prennent le volant au-delà de 0.5 grammes d’alcool par litre de sang, encourent une amende forfaitaire de 135€ et un retrait de 6 points sur le permis de conduire, et le permis probatoire se voit abaisser son taux d’alcoolémie légal à 0.2 grammes d’alcool par litre de sang… soit zéro verre d’alcool !

 

Raison de plus pour désigner un SAM avant la soirée ! SAM, c’est qui… ? SAM, c’est celui (ou celle !) qui se désigne pour ne pas boire d’alcool pendant la soirée et pour raccompagner tout le monde après, sain et sauf ! C’est le bon plan !

 

Et le cannabis… ? Si tu as consommé du cannabis, reprendre le volant peut être très dangereux pour toi et pour les autres car cette substance psychoactive altère la vision et les capacités de coordination. Ainsi, passer le volant à quelqu’un qui n’en a pas consommé est ce qu’il y a de plus raisonnable à faire. En plus, le fait de conduire un véhicule en ayant fait usage de substances ou plantes classées comme stupéfiants constitue un délit sanctionné lourdement avec : une peine de 2 ans d'emprisonnement, 4 500 € d'amende ET un retrait de 6 points sur le permis de conduire.

Enfin, sache que si les effets du cannabis sur ton organisme se dissipent 1 à 4 heures après la consommation, des traces subsistent quand même dans les urines jusqu’à 72 heures et pendant 2 à 10 heures dans le sang et la salive…

 

Téléphone au volant : on oublie !

Appels, mais aussi envoi de SMS, consultation de mails ou navigation sur Internet : ces nouveaux modes d’utilisation des smartphones sollicitent encore davantage les capacités d’attention du conducteur et sont aussi très dangereux. 1 accident sur 10 est désormais associé à l’usage du téléphone pendant la conduite. Même avec une oreillette ou un kit mains libres, le téléphone modifie le comportement et la capacité à réagir du conducteur. Pendant la conversation, ce dernier se focalise sur le devant de la route, regarde moins souvent dans ses rétroviseurs et sur les côtés, fait moins attention à la signalisation et aux autres usagers… Un conducteur qui utilise le téléphone au volant a 5 fois plus de risques d’avoir un accident ! Alors éteins ton téléphone quand tu prends le volant ou mets-le en position silencieux pour éviter que tu ne sois tenté (e) de décrocher…. !

Maintenant, c’est à toi d’adopter le bon comportement au volant pour éviter au maximum le risque d’accident ! Pour cela, tu peux suivre les quelques conseils qui suivent…

 

  • Tu peux équiper ta voiture d’éthylotest, pour être sûr(e) à n’importe quel moment de pouvoir conduire en toute sécurité ! Tu peux en trouver dans les magasins spécialisés en équipement automobile ou sur internet dès 1€. Assure-toi qu’ils soient bien à la norme française NF !
  • Si tu organises une soirée chez toi avec de l’alcool, prévois quelques duvets pour les copains qui auraient trop bu pour reprendre le volant. Tu peux aussi mettre à leur disposition un numéro de taxi !
  • Si tu reçois un appel de quelqu’un et que tu t’aperçois qu’il est au volant de sa voiture, mets-toi-même fin à la conversation…. Convenez ensemble de vous rappeler une fois que chacun est bien stationné, le moteur coupé !
  • Habitues-toi à boucler ta ceinture avant même de mettre le contact de ta voiture. En prenant cette habitude, tu ne l’oublieras jamais !
  • Si tu transportes des passagers, ta qualité de conducteur doit t’inciter à leur demander de s’attacher. Fais le point avec eux avant de partir et ne démarre que lorsque tous sont attachés.
  • Adapte ta conduite à ton environnement : ralentis s’il pleut, selon les voies de circulation, les éventuels bouchons…
  • Enfin, veille à ce que ta voiture soit bien équipée d’un triangle de pré-signalisation et d’un gilet de sécurité. Porte-les en cas d’accident, de panne ou tout arrêt sur la bande d’arrêt d’urgence d’une autoroute, en complément des feux de détresse.

 

 

Le 112 est le numéro d’appel d’urgence européen unique, disponible gratuitement partout dans l’Union européenne. Tu peux appeler ce numéro pour toute urgence nécessitant une ambulance, les services d’incendie ou la police, que tu en sois victime ou témoin.

 

Qu'en pensez-vous ?
Scroll to Top